REAGISSEZ

PARTAGEZ

Du blurring au focusing

Sandrine Caillé

Suis-je toujours efficace quand je suis connecté et joignable 24H / 24H et 7 J / 7 y compris pendant mes vacances ?

On pouvait déjà trouver il y a 15 ans dans le guide d’entretien annuel d’un grand groupe américain la « fumeuse » question de l’équilibre entre vie pro et vie perso. Depuis, les efforts de prévention des Risques Psycho-Sociaux et la recherche constante d’augmenter le bien-être au travail voire le bonheur n’ont fait qu’amplifier l’intérêt pour cet équilibre subtil propre à chacun. Avec le blurring on concrétise un véritable mélange des genres : le anywhere any time any device qui s’étend maintenant aux lieux mi-domicile / mi-bureau change la donne ! 

Tout le monde y trouve-t-il son compte ? En théorie, oui : l’entreprise étend ses plages de travail sur les soirées voire les week-ends et les vacances. Quant aux collaborateurs, ils peuvent travailler de la maison ou dans les transports et n’ont alors plus de scrupules à gérer des tâches personnelles sur les heures de travail théoriques.

Est-ce irréversible ? Probablement pas. Car cette plus grande liberté peut être fragilisante notamment pour celui qui n’arrive plus à s’organiser ou à se concentrer sur ses priorités du moment. Récupérer suppose, en effet, de se ménager de vraies plages off. N’avez-vous jamais entendu des personnes qui partent en vacances en insistant sur le fait qu’elles ne seront pas du tout joignables ? Le piège du blurring : nos émotions ou plutôt notre (in)capacité à résister à la tentation de répondre à un mail ou à un appel ; cela nous empêche de déconnecter véritablement. 

Se recentrer sur ses priorités du moment. La question clé pour chacun devrait être : quel est mon objectif ici et maintenant et du coup, que dois-je faire ? Si mon objectif est de décompresser je dois peut-être arrêter de consulter mes mails toutes les 5 mn… Bref rester Focus (ed) ! Et qu’en sera-t-il dans 25 ans ? Probablement, cette capacité à rester focus sera le quotidien de chacun : les écoles formeront dès le plus jeune âge aux techniques de pleine conscience et dans les entreprises les séances de méditation guidées hebdomadaires seront obligatoires avec des niveaux de pratique : débutant / confirmé / expert.

Sandrine Caillé